Les fils des hommes presse écrite

Le coup de coeur de M, le magazine du monde 28 06 2014 http://www.jeanjacquesdelfour.fr   Dimanche 17 août 2014 Compagnie Action d’espace, Les fils des hommes : comment théâtraliser l’histoire douloureuse La guerre coloniale, maquillée en opération de police, alignant massacres et tortures, est un cauchemar pour ceux qui l’on vécue directement mais aussi pour leursLire la suite « Les fils des hommes presse écrite »

Ma vie avec tout le monde presse

L’actualité de la danse à Montpellier / http://danseamontp.wordpress.com  14 avril 2011 « Ma vie avec tout le monde« , créée à la Chapelle, est une pièce de danse contemporaine… particulièrement actuelle. Et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce qu’elle parle de l’internet et plus précisément des réseaux sociaux. D’autre part parce qu’elle fait parler les danseurs.Lire la suite « Ma vie avec tout le monde presse »

Les insertions poétiques / Sensiblement ensemble en aveugles

           les insertions poétiques sont des performances in situ, avec les gens, sensibles et graphiques, à vivre et voir. dérégulations du temps et de l’espace, fabrications de liens et d’images, décalages des perspectives et des sens. ici, privation de la vision pour un parcours en ville en aveugle sans assistance.

presse Déclassé X

L’Hérault du jour – mercredi 19 novembre 2008         Montpellier Danse. F. Rascalou a présenté « Déclassé X » à la Chapelle. Héros, Eros et petite mort. Le premier mot qui vient à la bouche est « beau ». C’est plutôt rare et ce n’est pas une tare. Les deux danseurs Déborah Pairetti et Yann Cardin sont le cœur battantLire la suite « presse Déclassé X »

interview 2008 François Rascalou

  Midi Libre mercredi 12 novembre 2008 Danse : François Rascalou, l’être de scène et de désir. François Rascalou parle danse avec bonheur. Lumineux. A travers le geste, l’homme explore les expressions de l’âme ? La rencontre, l’amour, le désir. Ses paroles sont fluides et vives. Dans ses mots, la danse montre ce qui va au delà.Lire la suite « interview 2008 François Rascalou »